Atelier Jardin du 11 juin 2016 chez Bernard

Bernard, Jean et Julien nous livrent leurs techniques et astuces ....

  • Échanges sur différentes méthodes et cultures :

PAILLIS : le paillis de tonte de gazon fait un tapis imperméable ; Bernard rappelle que le paillis doit être mis après les grosses pluies de printemps ; la terre aura le temps de se réchauffer, de s’humidifier. Il n’a pas encore mis son paillis. Ses tontes de gazon sont déversées ds les allées du jardin.

MILDIOU : Attention, provoqué par l’humidité ambiante, le mildiou attaque les tomates et les pommes de terre. Couvrir les tomates. Ne pas trop serrer les plants. Retirer les feuilles atteintes. Traiter légèrement à la bouillie bordelaise pas plus que nécessaire, car l’excès de cuivre nuit à la micro-faune et peut détruire l’équilibre. Diluer la BB avec un peu de lait ou de savon comme fixant.

Julien préconise de déposer du BRF (Bois Raméal Fragmenté) ou de la paille en paillis pour développer les champignons qui colonisant les feuilles renforcent la plante.

PETITS POIS : Mettre du voile de forçage P17 après semis pour réchauffer la terre.

Si la graine peine à germer, elle peinera à pousser.

Semis dans sillon de 2cm de profondeur bien mouillé mais attention, juste le fond (pour ne pas faire plâtre avec la terre des bords rabattue sur rang) recouvrir avec une terre pas trop mouillée et tasser doucement sans plomber.

Le mieux est d’arroser la veille et de semer à l’aube.

HARICOT : « le haricot doit entendre le jardinier repartir » : semer à 2cm pas davantage.

Mettre des garde-fous ; des tuteurs de part et d’autre, ou des bambous en tipi

AIL : « l’ail doit voir 2 années » ; planter en n-1 (en 2015), il sera récolté en n (2016)

Si l’ail a la rouille ; plier ou nouer la tige pr arrêter la montée de sève et préserver le bulbe. « il faut nouer l’ail quand on fait le foin »

L’ail de la biocoop ne convient pas. Prélever les bulbes du pourtour pr replanter.

POMME DE TERRE : Passer le croc entre les rangs, puis plus tard butter quand les feuilles font environ 30cm.

Gilles a planté sur carton sur une parcelle recouverte de tonte de l’automne au printemps puis couverte de carton percé pr 1 patate par trou puis un couvert de BRF, de fougère et de compost. Avec cette méthode, il n’a pas eu besoin de butter et le récolte fut bonne.

SALADE : Recouvrir d’une cloche ou d’une bouteille de 5L transparente coupée.

OIGNON : Mettre un voile pr éviter la mouche.

POIREAU : Mettre un voile anti-insectes au replantage. Bernard plante en quinconce et très serré.

BETTERAVE ROUGE : Semer en godets puis replanter en février sous serre.

TOMATE : Bernard a mis ses tomates sous une bâche qu’il retirera en août, il arrose tous les 15jours, pas plus.

Dans la serre, des tomates précoces mises en janvier.

  • Jean parle de la pollinisation manuelle :

Jean explique les variétés de courges qu’il faut éviter de croiser pour conserver une variété « pure » :

Cucurbita Pepo : végétation buissonnante,

Cucurbita Maxima et Cucurbita Moschata : végétation courante

Voici la technique :

  • Repérer la fleur femelle avec une petite courgette à la base, tandis que la fleur mâle est sur tige.
  • Repérer une fleur femelle non ouverte, la fermer avec une pince à linge (la + légère possible !),
  • Repérer une fleur mâle, prélever le pistil et frotter le cœur de la plante femelle avec pour déposer le pollen.
  • Refermer la fleur ainsi fécondée avec la pince à linge.
  • La fleur tombera, la courgette grossira au maximum pr produire des graines pures.
  • A maturité, prélever les graines, les rincer à l’eau
  • Faire sécher ; elles sont sêches qd elles cassent au pliage.

Durée germinative : 6 à 10 ans

  • Quelques petites précisions de Julien TABARY:

Le BRF sert de paillage (ne pas enfouir car les champignons ont besoin d'oxygène) et je m'en sers pour régénérer un sol tassé qui ne connais que la monoculture de gazon et engrais chimique depuis des décennies (faute de BRF, j'utilise surtout de la paille)

Si la terre est vivante, le compost suffit

Pour accélérer le processus (car peu patient), j'inocule quelques poignées de mycelium prélevé en foret pour booster mon compost et la biodiversité fongique (prélevé de la matière des forets n'est peut être pas à recommander, même s'il en faut peu)

La biodiversité fongique sera un frein au mildiou après plusieurs années, ce qui n’empêche pas de déroger aux règles essentielles évoquées par Bernard et Jean (aération des serres, concentration des plants...)

le mycelium renforce les plantes surtout au niveau racinaire (échanges minéraux favorisés par symbiose).